Coronavirus

Le coronavirus : y a-t-il une surcharge                              informationnelle ?

 

La question mérite d’être posée au regard de l’inquiétude constatée à travers le monde. L’épidémie du coronavirus avance à grande vitesse (article mis en ligne le 5 mars 2020) avec plus de 94 000 malades dans le monde et près de 3200 morts. La population mondiale s’inquiète et les questions les plus folles circulent sur le Net.  

 Les réseaux sociaux s’enflamment pour le coronavirus

Les internautes commentent le sujet. On peut y lire :

  • Est-il vrai que les enfants sont immunisés contre le coronavirus ?
  • 250 millions de personnes seraient mise en quarantaine en Chine.
  • L’Italie ferme écoles et universités.
  • L’image du ministre qui s’abstient de serrer la main à Angela Markel fait le tour de la toile.
  • Rester à l’écart de la crème glacée et du froid. Se gargariser avec de l’eau tiède et salée tue les germes. Il faut boire de l’eau chaude, une exposition au soleil fera l’affaire !
  • Les masques de protection ne sont plus disponibles et le prix des solutions hydro-alcooliques a augmenté !

Les commentaires les plus improbables circulent sur le Net. Un climat de panique est perceptible à travers les commentaires des internautes : « il ne faut pas croire les médias chinois, ils nous mentent  !!! »

Le coronavirus et l’infobésité

Pascal Lardellier, professeur de sociologie, a évoqué, en février 2020,  dans les colonnes du Parisien, l’apparition en même temps que le  coronavirus, d’une  autre maladie, sociale cette fois : l’infobésité. « Un surcroît de messages contradictoires qui participent», dit-il, « à entretenir un climat de névrose ».

Infobésité : néologisme québécois. Un concept désignant l’excès d’informations qu’une personne ne peut traiter ou supporter sans nuire à elle-même ou à son activité.

En Anglais : information overload.

Sur-informés ou mal-informés ?

Cette surcharge informationnelle peut-elle être dangereuse ?

Comment reconnaître le vrai du faux ? Faut –il tout croire ?

Comment la communication autour de ce virus doit se faire ? Quel rôle pour les médias, les spécialistes en communication et le personnel hospitalier ?

La question reste posée d’autant qu’on n’a pas fini de parler du coronavirus.

Le sujet est certes important  et la préoccupation légitime. Mais, sommes-nous sous l’effet d’une sur-information? Les informations qui circulent sur le net sont-elles toutes fondées et vérifiées ? Y a-t-il exagération dans le traitement des informations relatives au  coronavirus ?

écrit par Nabila Lamani


X