Le coq algérien « interpellé » fait le tour du monde

Fake News Facebook  : l’histoire du  coq algérien « interpellé »

 

Les réseaux sociaux sont une source d’information non négligeable dans notre ère. Cependant ils permettent parfois la propagation de fake news ce qui engendre la désinformation !

Sur facebook, une vidéo témoignage circule !

Depuis le début du Hirak, les arrestations et les interpellations font désormais partie de l’actualité politique en Algérie. Des hommes politiques, des chefs d’entreprises, des militants, des étudiants  ont été interpellés, emprisonnés et certains condamnés, mais lorsque l’interpellé est un coq…. L’histoire fera le tour des  réseaux sociaux en quelques minutes. Le « coq d’Alger » est devenu le temps de quelques jours une « victime » du système algérien.

A l’origine de cette histoire, une vidéo-témoignage publiée sur Facebook qui montre un citoyen se présentant comme le propriétaire d’un coq qui a été « arrêté » par la police algérienne. Le citoyen explique que  cinq agents de police sont venus à son domicile sis à El biar au cœur d’Alger après une plainte d’une diplomate italienne (l’ambassade d’Italie se trouve dans ce quartier). L’objet de la plainte? Le dérangement causé par le chant matinal du coq du monsieur.

Les policiers évoquent alors un ordre « d’emmener » le coq, raconte le citoyen qui explique comment les agents sont entrés chez lui et ont couru derrière celui qui est considéré comme un «suspect » pour l’attraper.

Relayée par les internautes, cette histoire fera le tour du monde. Certains commentaires n’ont pas manqué de faire le lien entre  « l’arrestation » présumée du coq et la campagne d’arrestations qui visent des activistes et des militants du Hirak.

Même les manifestants du 51e mardi du Hirak à Alger (marche hebdomadaire des étudiants) ont pris part au buzz. Un citoyen a ramené un coq, ce dernier a été entouré par un groupe de contestataires qui scandent « doulamadaniyamachiaâskariya » (un Etat civil et non militaire), un des slogans du mouvement.

Fake news Facebook : la vérité sur ce coq algérien

La police algérienne qui n’intervient que rarement pour communiquer a senti le besoin de réagir. Elle l’a fait le mardi 11 février 2020. Après l’hilarité générale, elle a donné sa version des faits. On apprend ainsi que l’histoire remonte à mars 2017, et, qu’à l’origine de la plainte il y a un simple « un voisin ».

Pendant plusieurs heures, l’histoire du coq a été relayée comme étant une information réelle, aussi insolite soit- elle. Elle a obligé les services de sécurité algériens à réagir pour que l’on comprenne enfin qu’il s’agit totalement d’une fake news.

« Les services de sécurité ne sont jamais entrés dans le domicile de la personne sujet de la plainte », assure la police algérienne qui affirme aussi que la personne qui a enregistré et publié la vidéo s’avère être le voisin du propriétaire du coq. La direction générale de la sûreté nationale a indiqué que les « procédures légales qui s’imposent vont être engagées ». Affaire à suivre…..

écrit par Nabila Lamani